LA CMDB, un outil puissant, mais trop souvent sous-exploité

LA CMDB, un outil puissant, mais trop souvent sous-exploité

Bien qu’existante depuis de nombreuses années et déployée dans de nombreuses organisations, l’approche CMDB (Configuration management database) au même titre que l’ITSM est encore trop souvent partiellement utilisée et ne permet pas aux entreprises d’en exploiter tout son potentiel. En ce sens, les Directions informatiques doivent pouvoir pleinement s’approprier les fondamentaux de la CMDB et la positionner au centre de leur gouvernance pour s’assurer que cette dernière puisse évoluer en même temps que leur Système d’Information. À une période de mutation constante des technologies et du SI, cette donnée est un point essentiel à intégrer.

Mais qu’est-ce que la CMDB et pourquoi ne délivre-t-elle pas souvent son plein potentiel ?

Il convient tout d’abord de rappeler les contours de cette approche pour bien comprendre cette technologie et comment elle peut et doit être utilisée dans le temps. La CMDB, qui est la fédération de multiples sources (exemples : assets, applicatifs, RH, immobilier…), consiste globalement à dresser une cartographie et un inventaire du SI et à s’appuyer sur un référentiel dédié.

On comprend donc que la CMDB n’est pas un simple outil d’inventaire de parc mais un réel outil de gouvernance qui doit s’appuyer sur des données fidèles et toujours actualisées. Et c’est bien souvent sur ce point que le problème existe. En effet, encore trop souvent, les Directions des Systèmes d’Information se limitent à l’utiliser comme une simple base de données techniques et statiques qui n’évolue pas ou peu, alors que le SI ne cesse de se transformer. C’est précisément dans ce contexte que la notion de maintien à jour du référentiel et de ses interdépendances est un impératif stratégique.

Il est important de faire évoluer son référentiel et de l’enrichir en continu et en temps réel avec des données pertinentes pour prendre en compte les changements opérés dans le SI. Il s’agit d’un point d’attention qui doit être positionné au centre du projet CMDB. Il est donc primordial de sensibiliser les Directions des Systèmes d’Information sur la nécessaire gestion du cycle de vie d’un projet de CMDB.

Quelle approche privilégier pour son projet CMDB ?

Comme nous l’avons vu, le sujet de la CMDB n’est pas un projet statique. Ainsi, après avoir cadré, mis en œuvre son projet, associé les bonnes personnes (technique et métier) et défini une trajectoire claire, il conviendra absolument de prendre en compte le sujet du maintien en conditions opérationnelles. 

Cette dernière phase concerne aussi bien les projets menés en interne par la DSI ou en externe par un prestataire. En ce sens, le référentiel devra donc évoluer au fil de l’eau en étant alimenté en données fraiches. Enfin, des audits réguliers pourront être menés pour s’assurer qu’il n’y a pas d’écart entre le référentiel existant et la composition réelle du SI.

Par Philippe HENNERON, Directeur des opérations chez Cegedim Outsourcing

CATEGORIES